Les écologistes du Hainaut ont désigné leurs têtes de liste pour les élections 2019. Pour le scrutin fédéral, Jean-Marc Nollet emmène dans son sillage Marie-Colline Leroy (Franses-lez-Anvaing) enseignante et figure montante au sein du parti. Pour le vote à la Région sur le nouvel arrondissement du Centre, Thomas Dawance (Braine-le-Comte) assure le premier plan en duo avec Valentine Place (Soignies). Ecolo donne le ton : une autre politique, plus citoyenne, plus juste, plus respectueuse de l’environnement et de la Planète est possible.

« Plus que jamais, il y a urgence d’apporter des solutions aux enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Plus que jamais, lutter pour sortir de la précarité, se battre pour l’emploi de qualité et assurer une vie digne à nos enfants sont liés. En Hainaut, plus qu’ailleurs, les politiques gouvernementales MR-NVA ont fragilisé socialement la population. En Hainaut, plus qu’ailleurs, les multinationales comme Caterpillar ont saccagé l’économie et montré les limites du système néo-libéral. En Hainaut, plus qu’ailleurs, les questions de pollution et du changement climatique impactent déjà la santé de la population. En Hainaut, plus qu’ailleurs, l’écologie doit devenir incontournable » assure le duo Jean-Marc Nollet et Marie-Colline Leroy.

L’émergence d’une nouvelle génération

Enseignante, Marie-Colline Leroy sera le binôme du coprésident du parti. Engagée, féministe et jeune maman, elle portera cette campagne avec Jean-Marc Nollet. « A constater les difficultés quotidiennes d’une grande partie de la population, je devais m’engager plus encore : s’insurger dans son coin ne suffit plus, il faut s’engager et agir » commente celle qui symbolise une partie de cette génération montante chez Ecolo. C’est, entre autres, la politique de fermeture d’un Théo Francken qui l’a décidée à rejoindre les rangs des futurs députés à la Chambre des représentants.

Derrière elle, à la 3e place, on retrouve Albert Vicaire de Seneffe, un dirigeant d’entreprise qui représentera efficacement notre région.

Pour la liste Régionale du Centre, Ecolo marque aussi sa volonté de déployer ses ailes et y enraciner une génération porteuse des idées écologistes. Thomas Dawance a 35 ans et est bio-ingénieur, papa de 2 enfants en bas-âge, il a aussi des compétences en gestion. Il travaille comme cadre-directeur dans un grand groupe international. Un panel de compétences qu’il met au service d’Ecolo et des citoyens.

« Mes enfants verront la fin de ce siècle, un siècle qu’on nous annonce bien noir au vu de la dégradation rapide de notre environnement. Face à une biodiversité frappée de plein fouet, un changement climatique rapide et l’augmentation des pollutions qui dégradent notre état de santé, nous avons 10 à 15 ans devant nous pour agir et réorienter nos politiques dans une direction qui laisse à un avenir à nos enfants.C’est une des raisons pour lesquelles il nous semble primordial de retrouver un siège écologiste pour représenter le Centre au Parlement Wallon.

Les exemple d’actions qui nous pourrions mener pour répondre à cette urgence climatique sont nombreuses, je ne citerai qu’un seul exemple : il est primordial d’investir massivement dans une mobilité collective et alternative. Les wallons sont prêts à réduire leur utilisation de la voiture, à condition qu’il y ait des alternatives crédibles. Ce type d’investissement réduirait le coût pour les particuliers et permettrait d’agir pour le climat et les générations futures. »

En seconde place sur la liste, à 28 ans, la nouvelle conseillère CPAS à Soignies, Valentine Place se lance dans l’aventure de cette campagne régionale. « Je m’engage depuis de nombreuses années pour l’égalité femme-homme, un combat que je porterai avec conviction durant cette campagne. Au delà de l’urgence climatique, il y a également une urgence sociale à laquelle le monde politique se doit de répondre et particulièrement dans notre région. Nous pensons qu’il est possible d’apporter des réponses concrètes à ces deux urgences de manière complémentaire. Par exemple, la mise en place d’un plan d’isolation alliant emploi et environnement, réduit la facture énergétique du particulier mais aussi l’impact sur la planète  ».

Ensemble, ils représentent les deux jambes de l’écologie politique : l’environnement et le social. Ils sont renforcés par Lavdim Qaushi, politologue de formation qui exerce aujourd’hui comme indépendant dans le secteur informatique et qui occupera la première suppléance sur la liste région.

Ils mèneront avec toute l’équipe des autres candidats qu’ils soient sur la liste régionale, fédérale ou européenne une campagne de terrain, en contact direct avec les citoyens.

Share This