Monsieur le Commissaire du Gouvernement,

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Ce 14 octobre, l’électeur a voté. Certains partis ont été poussés par l’électeur, d’autres pas. Ce qui est certain c’est que l’électeur hainuyer a envie d’aller de l’avant, de prendre à bras-le-corps les urgences climatique, sociales, économiques et démocratiques qui ont déjà des conséquences dans notre vie quotidienne.

Il y avait donc deux choix possibles en Hainaut. Au niveau communal, dans une grande partie des communes, ce signal a été entendu.

A la province par contre, il semble que les vieilles pratiques de partage du pouvoir aient prévalu sur l’intérêt provincial.

Cela se traduit déjà dans déclaration de majorité : là où ecolo parle « d’urgence climatique » vous parlez de « défis à venir », là où nous parlons d’« actions concrètes sur le terrain », vous parlez de « redessiner l’organisation territoriale ».

Manifestement, votre majorité est toujours dans le 20ième siècle. Vous nous renvoyez l’image d’une majorité déconnectée de la réalité, loin de ce qui se passe en Hainaut, ignorant les milliers d’initiatives portées par les habitants, des associations, des entrepreneurs … de tous ces acteurs qui construisent le Hainaut d’aujourd’hui et de demain.

D’ailleurs, le regard citoyen n’est pas le seul à s’étonner de cet attelage à contre-temps. A ce propos, nous entendons que d’aucuns sur les bancs socialistes justifient qu’ils ont choisi le MR des champs, pas le MR des villes…

Il y a donc un MR des champs et un MR des villes

Je présume que le MR des villes, c’est celui qui, au Fédéral :

  • détricote la solidarité à travers les mesures d’économies dans la sécurité sociale et dans la révision à la baisse du système redistributif que constitue la fiscalité …
  • organise la chasse aux chômeurs,
  • renvoie de plus en plus vers les pouvoirs locaux des missions et des responsabilités sans les financer et mettant ainsi les communes dans des situations difficiles
  • ne parvient pas à gérer la transition écologique
  • risque cet hiver de débrancher, physiquement, la prise pour toute la Belgique

Et que le même MR des villes est celui qui, à la Région,

  • fait un hold up dans les points APE,
  • change les règles de financement des provinces sans concertation
  • et rêve de sabrer dans les compétences des provinces comme le font les voleurs de câbles à la SNCB : sans aucun respect pour les usagers et le personnel des provinces.

A écouter ceux-là qui doivent convaincre leur propre camp, leur propre conscience, il y aurait donc deux MR: l’un fréquentable, l’autre moins. Ne vous y trompez pas: dans ces courants différents, il n’est qu’une seule discipline de parti.

Alors de deux choses l’une : ou le « MR des champs » à vos côtés compte les personnalités les plus influentes du MR Hainuyer et nous devons nous réjouir de les avoir à la province ou le “MR des champs” ne pèse pas face au « MR des villes » et encore moins face au Monster Crucke de Frasnes-Les-Namur et dans ce cas, le personnel et les services offerts par la Province doivent craindre de souffrir très vite et très fort des mesures qui pourraient être prises à Namur.

Si sur les urgences, nous avons bien compris que vous n’y êtes pas, nous avons cependant noté avec intérêt quelques signaux positifs de votre déclaration de majorité en matière de gouvernance et de renforcement de la démocratie, notamment l’idée de la commission citoyenne ou des budgets participatifs. Du côté d’ecolo, nous pensons que ce sont des idées intéressantes et que nous les soutiendrons.

Nous pensons aussi qu’il y a moyen aussi d’aller plus vite sur certains aspects, et ce dès ce mois de décembre. Nous venons avec quatre propositions à mettre en oeuvre d’ici le mois d’avril au plus tard.

1. Sur le fonctionnement du conseil : faire évoluer, dès ce mois de décembre, le mode de fonctionnement du conseil pour travailler de manière plus ramassée et moins énergivore en temps de réunion.

L’ensemble des travaux du Conseil peut être organisé sans problème avec une seule réunion des commissions au lieu de deux et seulement avec deux séances du conseil en décembre au lieu de trois.

Ce serait un premier signal sur la volonté d’adapter le fonctionnement du conseil à l’agilité et la souplesse nécessaires pour mieux faire fonctionner l’institution provinciale : le budget 2019 serait ainsi adopté plus vite.

C’est aussi un signal, au moment où le Gouvernement wallon diminue les moyens des provinces, de montrer aux agents ainsi qu’à tous les bénéficiaires des services de la Province que le conseil est aussi capable de s’adapter et d’économiser plus 20.000,- € de frais de fonctionnement en supprimant des doubles réunions.

2. Avancer plus vite sur la réorganisation des asbl provinciales et notamment que le Collège vienne, dès janvier, avec la création des 3 régies ordinaires nécessaires pour remplacer les asbl des IMP.

3. D’ici le mois de mars, mettre en conformité les règlements et pratiques d’octroi de subsides et autres prix divers conformément à la loi et aux principes du pacte culturel.

4. D’ici le mois d’avril, le temps de faire une véritable concertation sociale, l’adaptation des différents statuts du personnel pour qu’en cas de congé politique, un membre du personnel ne puisse pas reprendre son poste tant qu’il bénéficie d’une indemnité de sortie. A l’instar de ce qui existe dans les autres niveaux de pouvoirs publics.

Le Hainaut, comme le reste de l’Europe et de la planète, est face à des choix importants pour l’avenir de l’humanité. L’urgence climatique est réelle, actuelle, là, devant nous. De ce que vous nous laissez entrevoir dans votre déclaration de majorité, vous ne nous donnez pas l’impression d’en être conscient. Certes les aspects institutionnels méritent un vrai débat démocratique mais ce n’est pas le plus urgent. Et la couleur de votre coalition nous fait craindre que le Hainaut sortira perdant de 6 années supplémentaires de votre majorité.

Sur la démocratie et la gouvernance, nous sommes partant pour avancer avec vous. D’où aussi nos 4 propositions à très court terme. Une manière de vous répéter que nous souhaitons être actifs et constructifs. La réponse que vous y donnerez confirmera ou non votre volonté réelle de faire bouger les lignes et d’inscrire l’institution provinciale dans le 21ième siècle. Le Hainaut et ses habitants méritent que les évolutions se fassent aussi à tous les niveaux des pouvoirs locaux, y compris à la Province.

 

Philippe LESNE

Chef de groupe Ecolo au Conseil Provincial

Share This